VIGANÒ : LA PANDÉMIE PUNIT MÊME L’INFIDÉLITÉ DE L’ÉGLISE.

3 Aprile 2020 Pubblicato da --

 

Marco Tosatti

Chers amis de Stilum Curiae, Mgr Carlo Maria Viganò a publié un important entretien en anglais avec The Remnant sur la situation de l’Église, le Coronavirus et la relation entre cette pandémie et l’état du monde et la foi chrétienne. Vous trouverez ci-dessous la traduction française de la version italienne, que l’archevêque nous a envoyée. Ici la version en espagnol. Bonne lecture.

Nous remercions les amis de  Forum France pour cette traduction: https://www.youtube.com/channel/UC6p0szOcpQXi2dEPvjpjdbw

§§§

 Votre Excellence, de quelle manière le chrétien devrait-il évaluer la pandémie de Covid-19 ?

La pandémie de Coronavirus, comme toutes les maladies et la mort elle-même, est une conséquence du péché originel. La culpabilité d’Adam, fondateur de l’humanité, l’a privé, ainsi que ses descendants, non seulement de la grâce, mais aussi de tous les dons que Dieu lui avait donnés à la création. À partir de ce moment, la maladie et la mort sont entrées dans le monde comme punition pour avoir désobéi à Dieu. La rédemption annoncée dans le Proto-Évangile (Genèse 3), prophétisée dans l’Ancien Testament et réalisée avec l’Incarnation, la Passion, la Mort et la Résurrection de Notre-Seigneur a racheté Adam et ses descendants de la damnation éternelle, mais a permis que ses conséquences demeurent une marque de la chute antique, et ne soient définitivement restituées qu’à la résurrection de la chair, que nous professons dans le Credo, et qui aura lieu avant le Jugement dernier. Il faut s’en souvenir, surtout à une époque où les principes de base du catéchisme sont ignorés ou niés. Le catholique sait que la maladie, et donc aussi les épidémies, les souffrances, la privation d’êtres chers, doivent être acceptées avec foi et humilité – même en expiation pour nos péchés personnels. Grâce à la communion des saints – par laquelle les mérites de chaque baptisé sont également communiqués aux autres membres de l’Église – nous pouvons offrir de telles preuves même pour le pardon des péchés autrui, pour la conversion de ceux qui ne croient pas, pour raccourcir la purification des âmes saintes du Purgatoire. Un malheur comme le Covid-19 peut aussi être une occasion précieuse de grandir dans la foi et la charité active. Comme nous pouvons le voir, se limiter à l’aspect purement clinique de la maladie – qui doit évidemment être combattu et guéri – enlève toute dimension transcendante à notre vie, la privant de ce regard surnaturel sans lequel il est inévitable de se renfermer dans un égoïsme sourd et sans espoir.

Certains membres de la hiérarchie et des prêtres ont déclaré que “Dieu ne punit pas” et que considérer le Coronavirus comme un fléau “est une idée païenne”. Êtes-vous d’accord ?

La première punition, comme je l’ai dit avant, a été infligée à notre progéniteur. Mais, comme le dit l’Exultet, nous entonnerons dans la nuit du samedi saint : O felix culpa, qui talem ac tantum meruit habere Redemptorem ! Heureuse faute, qu’un tel Rédempteur nous méritait !

Un père qui ne punit pas montre qu’il n’aime pas son fils, mais qu’il ne s’intéresse pas à lui ; un médecin qui observe indifféremment le patient s’aggraver jusqu’à la gangrène ne veut pas son rétablissement. Le Seigneur est un Père très aimant parce qu’il nous enseigne comment nous devons nous comporter pour mériter l’éternité bénie du ciel, et quand avec le péché nous désobéissons à ses préceptes, il ne nous laisse pas mourir, mais il vient nous chercher, il nous envoie de nombreux signaux – parfois même sévères, comme c’est juste – parce que nous nous repentons, nous nous amendons, faisons pénitence et retrouvons l’amitié avec lui. Vous serez mes amis si vous faites ce que je vous commande. Il me semble que les paroles du Seigneur ne donnent pas lieu à des malentendus.

Je voudrais également ajouter que la vérité d’un Dieu juste qui récompense le bien et punit les méchants fait partie de cet héritage commun à la loi naturelle que le Seigneur a inculqué à tous les hommes de tous âges : un appel irrépressible au paradis terrestre, qui il permet également aux païens de comprendre comment la foi catholique est l’accomplissement nécessaire de ce que leur cœur sincère et bien disposé suggère. Cela m’étonne qu’aujourd’hui, au lieu de mettre en évidence cette vérité, profondément inscrite dans le cœur de chaque homme, précisément ceux qui semblent avoir tant de sympathie pour les cultes païens n’acceptent pas la seule chose que l’Église a toujours considérée comme importante pour les attirer vers le Christ.

Votre Excellence croit-il qu’il y ait des péchés qui ont provoqué l’indignation de Dieu d’une manière particulière ?

Les crimes desquels chacun de nous se tache devant Dieu sont un coup de marteau sur les ongles qui ont transpercé les Mains de notre Rédempteur, un coup de fouet qui a déchiré la chair de Son Corps très saint, un crachat sur Son Visage aimant. Si nous avions cette pensée devant nous, aucun de nous n’oserait pécher. Et quiconque a péché ne cesserait de pleurer pour le reste de ses jours. C’est pourtant la réalité : dans sa passion, notre divin Sauveur a pris sur lui non seulement le péché originel, mais aussi tous nos péchés, de tous les temps et de tous les hommes. Et la chose merveilleuse est que Notre Seigneur a voulu affronter la mort sur la croix, alors qu’une seule goutte de son sang le plus précieux aurait suffi pour nous racheter : Cujus una stilla salvum facere totum mundum quit ab omni scelere, comme nous l’apprend saint Thomas. Mais en plus des péchés commis par les individus, il y a aussi les péchés commis par les sociétés, par les nations. L’avortement, qui continue de tuer des enfants innocents même pendant la pandémie ; le divorce, l’euthanasie, l’horreur du soi-disant mariage homosexuel, la célébration de la sodomie et des pires perversions, la pornographie, la corruption des petits, la spéculation des élites financières, la profanation du dimanche …

Puis-je vous demander pourquoi vous faites la distinction entre les défauts individuels et les défauts des nations ?

Saint Thomas d’Aquin nous enseigne que, tout comme il est du devoir de l’individu de reconnaître, d’adorer et d’obéir au vrai Dieu, la société – qui est composée d’individus – ne peut manquer de reconnaître Dieu et de veiller à ce que ses lois permettent à ses membres d’atteindre le bien spirituel auquel ils sont destinés. Des nations qui non seulement ignorent Dieu, mais le nient ouvertement ; qui obligent les sujets à accepter des lois contraires à la morale naturelle et à la foi catholique, telles que la reconnaissance des droits à l’avortement, à l’euthanasie et à la sodomie ; qui travaillent pour la corruption des enfants, profanant leur innocence ; qui autorisent le droit de blasphémer la divine majesté ne peuvent être considérés comme exemptés de la punition de Dieu. Ainsi, les péchés publics nécessitent la confession publique et l’expiation publique, s’ils veulent obtenir le pardon public. N’oublions pas que la communauté ecclésiale, en tant que société aussi, n’est pas exempte de châtiment céleste, si ses dirigeants sont responsables de délits collectifs.

Est-ce à dire qu’il y a aussi des fautes de l’Église ?

L’Église est en elle-même toujours, infailliblement sainte, car elle est le Corps mystique de Notre-Seigneur, et il serait non seulement téméraire, mais aussi blasphématoire de penser que l’institution divine que la Providence a placée sur la terre comme dispensateur de grâce et unique arche du salut puisse être le moins imparfait. Les louanges que nous attribuons à la Sainte Vierge – qui est en fait Mater Ecclesiae – s’appliquent également à l’Église: elle assure la médiation des grâces à travers les sacrements; elle est la Mère du Christ, dont elle engendre les membres; l’Arche de l’alliance, ou la gardienne du Pain céleste et des Commandements; l’Église est un refuge pour les pécheurs, auxquels elle accorde le pardon dans la confession; la santé des malades, auxquels elle a toujours prodigué ses soins; la reine de la paix, qu’elle promeut parmi les peuples en prêchant l’Évangile. Mais c’est aussi terribilis ut castrorum acies ordinata, car le Seigneur a donné à ses ministres le pouvoir de chasser les démons et l’autorité des Clés Saintes, grâce auxquelles il ouvre ou ferme les portes du Ciel. Et n’oublions pas que l’Église n’est pas seulement l’Église militante sur terre, mais il y a l’Église triomphante et purgative, dont les membres sont tous des saints. Mais il est vrai que si l’Église du Christ est sainte, il peut néanmoins y avoir un pécheur dans ses membres ici sur terre, et aussi dans sa Hiérarchie. En ces temps troublés, nous avons malheureusement des nombreux exemples de membres du clergé indignes, comme l’ont malheureusement démontré les scandales d’abus commis par des clercs et même des hauts prélats. L’infidélité des bergers sacrés est un scandale pour leurs confrères et pour de nombreux fidèles, non seulement lorsqu’il s’agit de luxure ou de désir de pouvoir, mais aussi – et je dirais surtout – lorsqu’il affecte l’intégralité de la foi, la pureté de la doctrine et le caractère sacré de la moralité, même en cas d’intrusion dans des épisodes d’une gravité sans précédent, comme dans le cas de l’adoration de l’idole de Pachamama au Vatican. En effet, je crois que le Seigneur est particulièrement outré par la multitude de péchés et de scandales de ceux qui devraient être un exemple et un modèle, en tant que pasteurs, pour le troupeau qui leur est confié. N’oublions pas aussi que l’exemple offert par tant de parties de la Hiérarchie n’est pas seulement un scandale pour les catholiques, mais aussi pour beaucoup de gens qui, bien qu’ils n’aient pas la grâce de leur appartenir, le considèrent comme un phare et un point de référence… Non seulement cela : ce fléau ne peut pas exempter l’Église, dans sa propre Hiérarchie, de procéder à un examen de conscience sévère pour s’être rendue au monde ; elle ne peut pas échapper au devoir de condamner fermement les erreurs qu’elle a laissées dans son sein à partir de Vatican II, et qui ont attiré des justes châtiments sur l’Église elle-même et sur le monde parce que nous devons nous repentir et revenir à Dieu. Il me fait mal de constater que même aujourd’hui, alors que nous sommes tous témoins de la colère divine qui s’abat sur le monde, nous continuons d’offenser la Majesté de Dieu en parlant de la “vengeance de la terre mère qui exige le respect”, comme l’a dit le pape Bergoglio il y a quelques jours dans son énième entretien. Au lieu de cela, il est urgent de demander pardon pour le sacrilège perpétré dans la basilique de Saint Pierre, en la reconsacrant selon les normes canoniques avant de célébrer à nouveau le Saint Sacrifice. Et une procession pénitentielle solennelle devrait également être organisée – même des seuls prélats, dirigés par le Pape – qui implorent la miséricorde de Dieu sur eux-mêmes et sur le peuple. Ce serait un geste d’humilité authentique, que beaucoup de fidèles attendent, en réparation des péchés commis. Comment contenir l’étonnement des paroles prononcées à Santa Marta lors de l’homélie de la messe du 26 mars par le pape Bergoglio ? Le Pape a dit : “Que le Seigneur ne nous trouve pas en fin de vie, et dise à chacun de nous : “Vous êtes pervertis. Vous vous êtes éloignés de la voie que je vous avais indiquée. Vous vous êtes prosternés devant une idole”. On est complètement choqués et indignés d’entendre ces mots, considérant qu’il a lui-même consommé un véritable sacrilège devant tout l’Orbe, même sur l’autel de la confession de saint Pierre, une profanation, un acte d’apostasie avec l’idole impure et démoniaque de Pachamama.

Le jour de l’Annonciation de la Très Sainte Vierge, les évêques du Portugal et de l’Espagne ont consacré leurs nations au Sacré-Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie. L’Irlande et la Grande-Bretagne ont fait de même. De nombreux diocèses et villes, dans la personne de leurs évêques et autorités publiques, ont placé leurs communautés sous la protection de la Vierge. Comment évaluez-vous ces événements ?

Ce sont des gestes de bon augure, bien qu’insuffisants pour réparer nos fautes et jusqu’ici ignorés par les dirigeants de l’Église, tandis que le peuple chrétien crie haut et fort et collectivement à ses pasteurs. Notre-Dame, à Fatima, a demandé que le pape et tous les évêques consacrent la Russie à son Cœur Immaculé, annonçant des malheurs et des guerres jusqu’à ce que cela se produise. Ses appels sont restés sans réponse. Que les bergers se repentent et obéissent à la Sainte Vierge ! Il est honteux et scandaleux que l’Église en Italie n’ait pas rejoint cette initiative !

Comment jugez-vous la suspension des célébrations qui ont concerné presque le monde entier ?

C’est une grande souffrance, je dirais même la plus grande qui se soit imposée à nos fidèles, en particulier aux mourants, les privant du recours aux sacrements. Dans ces situations, il semblait que la Hiérarchie, à l’exception de rares cas, n’avait aucun scrupule à fermer les églises et empêcher la participation des fidèles au Saint Sacrifice de la messe. Mais cette attitude de bureaucrates froids, d’exécuteurs de la volonté du Prince, est désormais perçue par la plupart des fidèles comme un signe inquiétant de manque de foi. Et comment les blâmer ? Je me demande – et je tremble de le dire – si la fermeture des églises et la suspension des célébrations n’est pas une punition que Dieu a ajoutée à la pandémie. Ut scirent quia per quae peccat quis, pour haec et torquetur. Parce qu’ils ont compris qu’avec les choses avec lesquelles on pèche, on en est puni (Sap XI, 17). Offensé par la négligence et le manque de respect de tant de ses ministres; indigné par les profanations du Saint-Sacrement qui se perpétuent quotidiennement avec l’habitude sacrilège d’administrer la communion à la main; fatigué de supporter des chants vulgaires et des sermons hérétiques, le Seigneur est toujours heureux aujourd’hui – dans le silence de nombreux autels – de l’entendre faire l’éloge austère et composé de nombreux prêtres qui célèbrent la messe de tous les temps, cette messe qui remonte à l’époque apostolique, et qui à travers l’histoire représente le cœur palpitant de l’Église. Nous prenons cet avertissement très au sérieux : Deus non irridetur. Je comprends et partage, bien sûr, le respect dû aux principes fondamentaux de protection et de sécurité que l’autorité civile établit pour la santé publique. Mais tout comme elle a le droit d’intervenir sur les questions concernant le corps, l’Autorité ecclésiastique a le droit et le devoir de prendre soin de la santé des âmes et ne peut pas priver ses fidèles de la nourriture de la Très Sainte Eucharistie, encore moins de la Confession, de la messe et du saint Viatique. Pourtant, alors que les magasins et les restaurants étaient encore ouverts, de nombreuses conférences épiscopales avaient déjà ordonné la suspension des fonctions, sans que cela ait été demandé par l’autorité civile. Cette attitude révèle la situation douloureuse dans laquelle se trouve la Hiérarchie, prête à sacrifier le bien des âmes pour plaire au pouvoir de l’État ou à la dictature de la pensée unique.

En parlant de restaurants ouverts : comment évaluez-vous les déjeuners pour les pauvres qui ont eu lieu ces derniers mois dans des lieux de culte ?

Pour le catholique, l’assistance aux nécessiteux a son propre moteur en vertu de la charité, c’est-à-dire en Dieu lui-même : Deus caritas est. Il aime le Seigneur par-dessus tout et le prochain à cause de lui, car il nous permet – selon les Béatitudes de l’Évangile – de voir le Christ dans les pauvres, dans les malades, dans les prisonniers, dans l’orphelin. L’Église a toujours été, depuis ses débuts, un brillant exemple dans ce sens, au point que les païens eux-mêmes en ont été édifiés. L’histoire témoigne des impressionnants travaux d’assistance mis en place grâce à la munificence de ses fidèles, même en période d’hostilité ouverte à l’État, qui saisira ses biens en raison de la haine que la franc-maçonnerie avait envers un témoignage aussi clair des catholiques. L’attention aux pauvres et aux marginalisés n’est donc pas nouvelle dans le nouveau cours de Bergame, ni l’apanage d’organisations idéologiquement alignées. Mais il est significatif que l’accent mis sur l’aide aux pauvres se révèle non seulement sans aucune référence surnaturelle, mais qu’il se limite aux œuvres de miséricorde corporelle, en évitant méticuleusement celles de miséricorde spirituelle. Non seulement cela : ce dernier Pontificat a définitivement sanctionné la renonciation à l’apostolat, au caractère missionnaire de l’Église même dans ce contexte, en le liquidant avec le terme péjoratif de prosélytisme. Nous pensons offrir de la nourriture, de l’hospitalité et des soins de santé, mais nous ne nous soucions pas de nourrir, d’accueillir et de guérir ceux qui en ont besoin, réduisant ainsi l’Église à une ONG à but philanthropique. Mais la charité n’est pas une variation de la philanthropie d’inspiration maçonnique, à peine voilée d’un vague spiritualisme, mais son contraire exact ; parce que la solidarité pratiquée aujourd’hui nie qu’il n’y a qu’une seule vraie religion et que son message salvateur doit donc être prêché à ceux qui n’en font pas encore partie. Non seulement cela : en raison des déviations qui sont entrées dans l’Église avec le Concile en matière de liberté religieuse et d’œcuménisme, les organismes de bienfaisance finissent par confirmer les personnes qui leur sont confiées dans l’erreur du paganisme ou de l’athéisme, allant même jusqu’à offrir des lieux de culte où ils peuvent prier. Nous avons également vu des cas déplorables de messes au cours desquelles, à la demande explicite du prêtre, le Coran a été proclamé à la place de l’Évangile ou, pour reprendre des cas récents, la possibilité a été donnée de pratiquer des rites idolâtres dans une église catholique. Je crois que la décision d’allouer des églises à des réfectoires ou des dortoirs pour accueillir les personnes dans le besoin est un phénomène révélateur de cette hypocrisie sous-jacente qui, comme dans le cas de l’œcuménisme, utilise un prétexte apparemment louable – pour aider les nécessiteux, pour accueillir les réfugiés, etc. – comme un outil pour réaliser progressivement le rêve maçonnique d’une grande religion universelle sans dogmes, sans rites, sans Dieu. Utiliser une église comme une taverne, en présence de prélats complaisants qui servent des pizzas ou des côtelettes dans un vêtement fileté et un tablier, signifie la profaner ; surtout quand ceux qui se montrent souriants aux photographes font attention à ne pas ouvrir les portes du Palais épiscopal à ceux qu’ils jugent finalement utiles à d’autres fins. Pour revenir à ce que j’ai dit plus tôt, il me semble que même ces sacrilèges sont à l’origine de la pandémie et de la fermeture des églises. Il me semble également que trop souvent nous essayons de rendre spectaculaires la pauvreté ou l’état de besoin de tant de malheureux – comme dans le cas des débarquements d’immigrants illégaux transportés par des organisations de vrais travailleurs esclaves – dans le seul but de démarrer l’industrie hôtelière , derrière lesquels se cachent non seulement de petits intérêts économiques, mais aussi une complicité non avouée avec ceux qui veulent que la destruction de l’Europe chrétienne commence en Italie.

Dans certains cas – par exemple en Italie, à Cerveteri – les responsables de l’application des lois ont interrompu la célébration d’une messe. Comment l’Autorité ecclésiastique se place-t-elle devant ces épisodes ?

Le cas de Cerveteri a peut-être été un excès de zèle de deux gardes municipaux, certainement souligné par le climat alarmant qui a surgi au début de l’épidémie. Mais il doit être clair que, en particulier dans une nation comme l’Italie – où il y a un concordat entre l’Église catholique et l’État – à l’autorité ecclésiastique est reconnue la compétence exclusive sur les lieux de culte, et il aurait donc été plus que nécessaire que le Saint-Siège et l’évêque local protestent fermement pour une violation des pactes du Latran, confirmés en 1984 et toujours valables. Une fois de plus, l’exercice de l’autorité par les bergers – qui dérive directement de Dieu – se dissout comme de la neige au soleil, démontrant une pusillanimité qui pourrait un jour autoriser des abus bien pires. Je saisis cette occasion pour demander instamment une condamnation très ferme de ces ingérences intolérables de l’Autorité civile en matière de compétence immédiate et directe de l’Autorité ecclésiastique.

Le pape François a invité le 25 mars à réciter le Pater noster tous les chrétiens, indépendamment du fait qu’ils soient catholiques, pour demander à Dieu la fin de la pandémie, et il a laissé entendre que même ceux qui professent d’autres religions pourraient se rejoindre à sa prière.

Le relativisme religieux insinué par le Concile a annulé la persuasion selon laquelle la foi catholique est le seul moyen de salut et que le Dieu trinitaire que nous adorons est le seul vrai Dieu. Le pape Bergoglio a déclaré dans la Déclaration d’Abu Dhabi que toutes les religions sont voulues par Dieu : ce n’est pas seulement une hérésie, mais une forme d’apostasie grave et un blasphème. Parce qu’affirmer que Dieu accepte d’être adoré quelle que soit la façon dont il s’est révélé, signifie frustrer l’Incarnation, la Passion, la Mort et la Résurrection de notre Sauveur. Cela signifie rendre vain le but pour lequel l’Église existe, la raison pour laquelle des millions de martyrs ont offert leur vie et les sacrements, le sacerdoce et la papauté elle-même existent. Malheureusement, juste au moment où l’indignation à la majesté de Dieu devrait être expiée, il y a ceux qui demandent à le prier avec ceux qui refusent d’honorer sa très sainte Mère le jour de sa fête. Est-ce le moyen le plus approprié pour mettre fin à la peste ?

Cependant, il est également vrai que le Pénitencier apostolique a accordé des indulgences particulières à ceux qui sont touchés par l’infection et à ceux qui aident physiquement et spirituellement les malades.

Tout d’abord, il est nécessaire de réaffirmer avec force qu’il n’est pas possible de substituer des indulgences aux sacrements. Il faut s’opposer avec la plus grande fermeté aux mauvaises décisions de certains pasteurs, qui sont récemment venus interdire à leurs prêtres d’écouter les confessions ou d’administrer le baptême. Ces dispositions – ainsi que l’échec de la célébration de la messe et la suspension des communions – sont contraires à la loi divine et démontrent que Satan est derrière tout cela. Seul l’Ennemi peut inspirer des provisions qui provoquent la perte spirituelle de nombreuses âmes. Tout se passe comme si les médecins recevaient l’ordre de ne pas donner de traitement mortel aux patients. L’exemple de l’épiscopat polonais, qui a ordonné de multiplier les messes pour permettre la participation des fidèles sans risque de contagion, devrait être pris par toute l’Église, si sa hiérarchie a encore à cœur le salut éternel du peuple chrétien. Et il est significatif que, précisément en Pologne, l’impact de la pandémie soit moindre que celui des autres nations. La doctrine des indulgences survit aux attaques des novateurs, et c’est quand même une bonne chose. Mais si le pontife romain a le pouvoir de tirer pleinement parti du trésor inépuisable de la grâce, il est également vrai que les indulgences ne peuvent pas être banalisées, ni considérées comme s’il s’agissait de ventes de fin de saison. Les fidèles ont également eu une impression similaire à l’occasion du dernier Jubilé de la Miséricorde, pour lequel l’indulgence plénière a été accordée à de telles conditions, pour atténuer la prise de conscience de son importance chez ceux qui en profitent. Le problème de la confession sacramentelle et de la communion eucharistique nécessaire pour bénéficier des Indulgences se pose également, mais qui dans les normes édictées par le Sacré Pénitencier glisse sine die avec un générique “dès que cela leur est possible”.

Croyez-vous que les dérogations particulières relatives à l’absolution générale au lieu de l’absolution individuelle puissent s’appliquer à l’épidémie actuelle ?

L’imminence de la mort légitime le recours à des solutions que l’Église, dans son zèle pour le salut éternel des âmes qui lui a été confiée, a toujours généreusement accordé, comme dans le cas de l’Absolution générale qui est communiquée aux militaires avant une attaque, ou par exemple, qui est sur un navire en perdition. Si l’urgence d’une unité de soins intensifs ne permet pas au prêtre d’entrer sauf que dans des moments limités, et dans ces situations, il n’est pas possible d’écouter les confessions individuelles des mourants, je pense que la solution proposée est légitime. Mais si cette norme veut créer un dangereux précédent pour ensuite l’étendre à l’usage commun, sans qu’il y ait un danger imminent pour la vie du pénitent, il faudra veiller avec la plus grande attention afin que ce que l’Église accorde magnanime pour les cas extrêmes ne devienne pas une norme. Je rappelle également que les messes diffusées en streaming ou à la télévision ne remplissent pas le précepte festif. Ils sont une manière louable de sanctifier le jour du Seigneur, quand il est impossible d’aller à l’église. Mais il doit être clair que la pratique sacramentelle ne peut pas être remplacée par la virtualisation du sacré, de même qu’il est évident que dans l’ordre naturel le corps ne peut pas se nourrir en regardant l’image d’un aliment.

Quel est le message de Votre Excellence à ceux qui ont aujourd’hui la responsabilité de défendre et de guider le troupeau du Christ ?

Une véritable conversion du pape, de la hiérarchie, des évêques et de tout le clergé, ainsi que des religieux est indispensable et ne peut être différée. Les laïcs le revendiquent, tout en souffrant à la merci de la confusion faute de guides fidèles et sûrs. Nous ne pouvons pas laisser le troupeau que le Divin Berger nous a confié pour le gouverner, le protéger et le conduire au salut éternel, soit dispersé par des mercenaires infidèles. Nous devons nous convertir, revenir totalement à Dieu, sans compromis avec le monde. Les évêques doivent reprendre conscience de leur propre autorité apostolique, qui est personnelle, qui ne peut être déléguée à des sujets intermédiaires tels que les conférences épiscopales ou les synodes, qui ont faussé l’exercice du ministère apostolique, causant des graves dommages à la constitution divine de l’Église comme le Christ il le voulait. Assez avec les chemins synodaux, assez avec une collégialité mal comprise, assez avec ce sens absurde d’infériorité et de courtoisie envers le monde ; assez avec l’utilisation hypocrite du dialogue au lieu de la proclamation intrépide de l’Évangile ; assez avec les enseignements des fausses doctrines et la peur de prêcher la pureté et la sainteté de la vie ; assez avec les silences effrayants devant l’arrogance du Mal. Assez avec la couverture des scandales ignobles : assez avec les mensonges, la tromperie et la vengeance ! La vie chrétienne est une milice, pas une marche insouciante vers l’abîme. À cause de l’Ordre Sacré que nous avons reçu, le Christ demande compte à chacun de nous des âmes que nous avons sauvées et de celles que nous avons perdues pour ne pas les avoir prévenues et aidées. Revenons donc à l’intégrité de la Foi, à la sainteté de la morale, au vrai culte agréable à Dieu, à la conversion et à la pénitence, comme la Très Sainte Vierge, Mère de l’Église nous le demande. Nous demandons à Elle, qui est le tabernacle du Très-Haut, d’inspirer aux pasteurs cet élan héroïque pour le salut de l’Église et pour le triomphe de son Cœur Immaculé.

Dimanche I de Passion 2020

§§§




 

STILUM CURIAE HA UN CANALE SU TELEGRAM

 @marcotosatti

E ANCHE SU VK.COM

stilumcuriae

SU FACEBOOK C’È LA PAGINA

stilumcuriae




SE PENSATE CHE

  STILUM CURIAE SIA UTILE

SE PENSATE CHE

SENZA STILUM CURIAE 

 L’INFORMAZIONE NON SAREBBE LA STESSA

 AIUTATE STILUM CURIAE!

ANDATE ALLA HOME PAGE

SOTTO LA BIOGRAFIA 

OPPURE CLICKATE QUI 




Questo blog è il seguito naturale di San Pietro e Dintorni, presente su “La Stampa” fino a quando non fu troppo molesto.  Per chi fosse interessato al lavoro già svolto, ecco il link a San Pietro e Dintorni.

Se volete ricevere i nuovi articoli del blog, scrivete la vostra mail nella finestra a fianco.

L’articolo vi ha interessato? Condividetelo, se volete, sui social network, usando gli strumenti qui sotto.

Se invece volete aiutare sacerdoti “scomodi” in difficoltà, qui trovate il sito della Società di San Martino di Tours e di San Pio di Pietrelcina


LIBRI DI MARCO TOSATTI

Se siete interessati a un libro, cliccate sul titolo….


Viganò e il Papa


FATIMA, IL SEGRETO NON SVELATO E IL FUTURO DELLA CHIESA

Fatima El segreto no desvelado

  SANTI INDEMONIATI: CASI STRAORDINARI DI POSSESSIONE

  PADRE PIO CONTRO SATANA. LA BATTAGLIA FINALE

  Padre Pío contra Satanás

La vera storia del Mussa Dagh

Mussa Dagh. Gli eroi traditi

Inchiesta sul demonio

Tag: , ,

Categoria:

Questo articolo è stato scritto da Marco Tosatti

I commenti sono chiusi.