NOBILE ET LA LÉGENDE DE L’OUEST REDEVABLE À L’ISLAM

2 Marzo 2020 Pubblicato da --

 

Marco Tosatti

 Chers amis et ennemis de Stilum Curiae, Agostino Nobile continue sa bataille contre les idées reçues  dominantes, dans les journaux et maintenant – hélas – même sur le Web. L’un des clichés les plus courants, en fonction anti-occidentale et surtout anti-chrétienne, est celui qui veut que pendant un certain temps un Occident barbare et non cultivé soit combattu par un islam brillant et docte. Même si c’était vrai, ça aurait très peu duré, ce printemps-là, immédiatement étouffé par les professionnels du Coran. Mais en réalité, ce n’est pas vrai, comme l’explique Nobile. Bonne lecture.

                                                                                               §§§ 

Wikipédia a été ajoutée aux textes scolaires, médiatiques et pseudo-historiques depuis quelques années. Par chance, une brève description de l’influence extraordinaire que l’islam aurait eu sur la culture européenne s’est produite sous mes yeux : «L’apport islamique à l’Europe médiévale intéressait des secteurs divers tels que l’art, l’architecture, la médecine, l’agriculture, la musique, la langue et la technologie. Du 11ème au 12ème siècle, l’Europe a absorbé la connaissance de la culture islamique. Les traductions réalisées par les Arabes et les Perses des textes classiques de la Grèce ancienne, y compris les œuvres du philosophe Aristote, assument une importance particulière pour l’Europe “.

L’ancien président des États-Unis, Barack Obama, dans un discours prononcé en 2009 à l’Université Al-Azhar du Caire, a déclaré: “J’ai étudié l’histoire et appris combien la civilisation doit à l’islam”.

Ce que je vais résumer ici en quelques lignes, je l’ai déjà écrit plus largement dans d’autres occasions. Mais comme le mensonge est difficile à mourir, je demande pardon si je suis obligé d’en parler à nouveau.

Tout d’abord, il faut se rappeler que les Arabes baptisés existent depuis l’époque apostolique: “Juifs et prosélytes, Crétois et Arabes et nous les entendons annoncer les grandes œuvres de Dieu dans nos langues” (Actes 2:11). Par conséquent, l’arabe n’est pas toujours synonyme de musulman.

Samir Khalil Samir, un théologien islamiste, égyptien et spécialiste des langues sémitiques, pour sensibiliser à la contribution remarquable des Arabes chrétiens à la culture arabe, il a fondé la Série du Groupe de recherche arabo-chrétien (www.grac.it). Dans un article, Samir écrit: “plusieurs tribus arabes se convertissent au christianisme, inventent l’écriture” [qui dérive de la variante nabatéenne et de l’écriture araméenne, ndlr]. Et donnent à l’Arabie ses premiers royaumes, bien avant l’apparition de l’islam. “. Ils étaient «les continuateurs de la recherche des Grecs et les architectes de la grande renaissance arabe du Xe siècle». La langue arabe étant encore limitée, les traducteurs chrétiens ont eu recours aux termes grecs et syriaques qui ont enrichi le lexique technique arabe. Hunayn Ibn Ishâq (808-873), le plus préparé des traducteurs, travaillant sur les œuvres de Galien, a réalisé que la langue arabe est un outil insuffisant pour le travail qu’il était sur le point de traduire. Le siècle suivant, poursuit Samir, «L’évêque  Elijah de Nisibi répondant à ceux qui ont célébré l’arabe comme la langue parfaite car il aurait cinq cents mots pour désigner le lion ou le chameau, leur opposera la pauvreté en mots de la langue arabe pour ce qui concerne la médecine et la pharmacopée. ” Mais les Arabes chrétiens ne s’occupaient pas seulement des traductions, ils produisaient des œuvres autonomes considérables.

Les chiffres considérés comme arabes sont en fait indiens, l’architecture et les sciences étaient développées et gérées par des chrétiens et des juifs à la fois dans les pays islamiques et dans les territoires européens occupés. Grâce à des historiens comme Régine Pernoud, l’une des plus importantes savantes du Moyen Âge, conservatrice au Musée d’Histoire de France puis des Archives Nationales Françaises, on sait qu’en Espagne l’arc mauresque était présent un siècle avant l’invasion islamique. L’Alhambra de Grenade a été construite par des architectes chrétiens et juifs.

Parlant de l’Espagne, où les musulmans auraient atteint le plus haut niveau socio-culturel, Francesco Gabrieli, l’un des orientalistes italiens les plus autorisés, qui, entre autres langues, connaissait l’arabe ancien et moderne, dans son “Les Arabes” publié pour première fois en 1957, écrit: “La contribution de l’Espagne à la littérature arabe classique a été très remarquable, tant dans les lettres au sens strict que dans les sciences religieuses et profanes, l’histoire, la philologie et la philosophie.”

La presse a été introduite en Orient grâce aux communautés chrétiennes. Entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, l’évêque maronite Germânos Farhât a formé une équipe d’écrivains chrétiens qui ont profondément renouvelé la langue arabe.

Des médiévistes qui font autorité nous informent que l’architecture définie romane par les pseudo-historiens antichrétiens n’est pas, comme on dit, une copie grossière de l’architecture romaine, mais trouve son origine au Moyen Âge. Il va de même avec l’art gothique et l’invention de l’arc rampant avec lequel, pour la première fois dans l’histoire, il a été possible de construire de très hauts bâtiments avec des murs fins et de grandes fenêtres qui ont conduit à la création de vitraux extraordinaires.

§§§




 

STILUM CURIAE HA UN CANALE SU TELEGRAM

 @marcotosatti

E ANCHE SU VK.COM

stilumcuriae

SU FACEBOOK C’È LA PAGINA

stilumcuriae




SE PENSATE CHE

  STILUM CURIAE SIA UTILE

SE PENSATE CHE

SENZA STILUM CURIAE 

 L’INFORMAZIONE NON SAREBBE LA STESSA

 AIUTATE STILUM CURIAE!

ANDATE ALLA HOME PAGE

SOTTO LA BIOGRAFIA 

OPPURE CLICKATE QUI 




Questo blog è il seguito naturale di San Pietro e Dintorni, presente su “La Stampa” fino a quando non fu troppo molesto.  Per chi fosse interessato al lavoro già svolto, ecco il link a San Pietro e Dintorni.

Se volete ricevere i nuovi articoli del blog, scrivete la vostra mail nella finestra a fianco.

L’articolo vi ha interessato? Condividetelo, se volete, sui social network, usando gli strumenti qui sotto.

Se invece volete aiutare sacerdoti “scomodi” in difficoltà, qui trovate il sito della Società di San Martino di Tours e di San Pio di Pietrelcina


LIBRI DI MARCO TOSATTI

Se siete interessati a un libro, cliccate sul titolo….


Viganò e il Papa


FATIMA, IL SEGRETO NON SVELATO E IL FUTURO DELLA CHIESA

Fatima El segreto no desvelado

  SANTI INDEMONIATI: CASI STRAORDINARI DI POSSESSIONE

  PADRE PIO CONTRO SATANA. LA BATTAGLIA FINALE

  Padre Pío contra Satanás

La vera storia del Mussa Dagh

Mussa Dagh. Gli eroi traditi

Inchiesta sul demonio

Tag: , , ,

Categoria:

Questo articolo è stato scritto da Marco Tosatti

6 commenti

  • Avatar Agostino Nobile ha detto:

    Gentile Adriana. Sull’argomento può leggere: “Gardner’s Art Through the Ages” di Helen Gardner (Ed. Brace&World, Harcourt, NY 1959). Ci sono sedici riedizioni fino al 2004. È un po’ caruccio, e non so se esiste la traduzione in italiano.
    Ps Con la battuta sul mio refuso “naturista” (naturalista) Charles de Gerville, vuole ostentare la sua simpatia o dimostrare la sua alterigia?

    • Avatar Adriana ha detto:

      Grazie dell’informazione . La n. 1 . Perchè la mia ? Non è un’osservazione carina da fare a un’attenta lettrice da parte di un autore tanto fortunato da vivere e scrivere
      lontano da questa cage aux folles quale è diventata l’Italia

      • Avatar Agostino Nobile ha detto:

        Cara Adriana, se nel suo scritto non c’erano intenzioni irrispettose, mi scuso.

  • Avatar Agostino Nobile ha detto:

    Gentile Adriana, è stata fortunata, perchè ho aperto la pagina del mio articolo in francese (grazie all’amico Tosatti) per caso. Dunque. Mi sono sempre chiesto perché uno stile medievale è stato definito Romanico. Ho scoperto che tale denominazione è stata data per la prima volta nell’800 illuminista. Sembra che a coniare tale sconcertante definizione sia tale Charles de Gerville, archeologo e naturista francese. Come lei saprà, gli Illuministi sono gli stessi che hanno appioppato a mille anni di storia cristiana il brutto titolo di Secoli Bui. Erano convinti, in mala fede o da ignoranti, che Roma rappresentasse l’ultima civiltà degna di essere ricordata. L’odio per il Medioevo era tale che non accettavano che si potesse creare tecnologia, letteratura e cattedrali straordinarie. Per questo hanno negato tutta l’arte, definendola Romanica. Il termine Gotico era un sinonimo di nordico (termine usato per la prima volta, sembra, da Vasari), mentre i masso-illuministi, rosiconi, dicevano e dicono che deriva dai barbari Goti.

    • Avatar Adriana ha detto:

      Et pourtant…mi è sempre sembrato stranissimo che nessuna forma sia stata ereditata dalla struttura della basilica romana , come dalla struttura degli acquedotti , ancora in funzione . Non vedo una particolare malizia ideologica nel sostenere ciò . Quanto agli archi rampanti…la loro
      ” improvvisa nascita , proliferazione e ubicazione ” è ancora oggetto di dibattito : in buona sostanza rimane un mistero . Qualcuno ha fatto coincidere il fiorire delle chiese gotiche con la conoscenza di documenti rinvenuti a Gerusalemme dai Templari , conoscenza condivisa con S. Bernardo che poteva asserire : ” Dio è Altezza , lunghezza , larghezza e profondità ” ( in relazione alla costruzione e al significato del Tempio ) . Se lei conosce qualche testo particolare sull’argomento , avrebbe la cortesia di segnalarmelo ? P.S. La ringrazio di avermi indicato Charles de Gerville : un uomo prestante , ma non al punto di dedicarsi al ” naturismo ” ante litteram .
      :-)) ( capita !)

  • Avatar Adriana ha detto:

    Gentile Nobile ,
    desidererei un chiarimento sull’ultimo capoverso : “l’architettura romana.”..suppongo significhi ” romanica “.
    Inoltre non riesco a comprendere il significato dell’attribuzione dello stile romanico al M.E. e non a quello romano , come pure l’inserimento degli archi rampanti dello stile gotico . E’ tanto gentile da chiarire ?
    P.S. Interessanti i riferimenti storiografici.