LES “SPLASHMAMISTES” SORTENT DU PLACARD! VIDEO ET ENTRETIEN.

5 Novembre 2019 Pubblicato da 3 Commenti --

 

Marco Tosatti

Cari amici e nemici di Stilum Curiae, un amico ha tradotto in francese l’articolo che ieri SC ha dedicato ad Alexander, il coraggioso ragazzo austriaco che ha pensato bene di liberare un luogo caro, la chiesa di Santa Maria in Traspontina, da delle immagini che prima e dopo questo gesto profetico sono state oggetto di venerazione da parte di altri, alimentando e rafforzando la convinzione di trovarsi davanti a un rituale pagano, in luoghi sacri cattolici. Ringraziamo l’amico traduttore. Buona lettura per i francofoni!

§§§

 

 

Très chers amis et ennemis de Stilum Curiae, les auteurs du Splashamama – la plongée des statuettes portée en procession à l’église de Ste Marie en Traspontina, présentes dans les rituels païens dans les jardins de la basilique de St. Pierre, ensuite récupérées en partie par les Carabinieri (Gendarmerie italienne) et vénérées au milieu d’une l’église entourées de petites bougies, comme si elles étaient des statues de saints ou de la Sainte Vierge ou de Jésus – ont décidé de sortir du placard.

Avec une vidéo, que vous pouvez regarder ci-dessous et un entretien à Kath.net dont on publie la traduction.

Bonne lecture !

 

#Splashamama – “Pourquoi j’ai dû jeter ces statuettes dans le Tibre !”

 

“Il s’agissait de neutraliser cette violation évidente du premier commandement” – Interview de KATH.NET à Alexander T., autrichien, qui a lancé les statues # Pachamama dans le Tibre

Wien (kath.net) À Rome, lors du synode amazonien, des catholiques se sont opposés à l’idée de “bénir” les soi-disant figures de Pachamama dans l’église catholique de Ste Marie en Traspontina lors d’un événement qui a accompagné le synode en Amazonie. Des activistes les ont sorties de l’église et les ont jetées dans le Tibre. Le principal promoteur de la campagne était Alexander T.

kath.net : En association avec d’autres, vous avez retiré ces effigies controversées de « Pachamama » de l’église romaine de Ste Marie en Traspontina et les avez jetées dans le Tibre. Comment est née cette idée et quelle était votre motivation ?

Alexander T. : Quand j’ai entendu parler du Synode pour la première fois, j’ai commencé à l’étudier à fond. Au début du Synode, j’ai pris l’avion pour Rome afin de participer aux différentes conférences organisées à cette occasion. J’ai donc également eu l’occasion de visiter l’église de Ste Marie en Traspontina. Il y avait beaucoup de volontaires dans l’église qui nous ont donné des informations détaillées sur les intentions de l’organisation “REPAM”, car ils représentaient des Indiens de la région amazonienne. Une grande partie de ce que j’ai entendu là-bas, je l’ai trouvé vraiment terrible. Par exemple, ils ne veulent pas baptiser les indigènes. Mgr Kräutler a également commenté cela. Ensuite, ils ont parlé des statuettes qui étaient là et ils ont dit qu’elles sont des symboles de la fertilité et représentent la “Terre nourricière”. À ce moment-là, il était clair pour moi que cela contredisait clairement la doctrine catholique. Lorsque, le même jour, ces rituels ont eu lieu dans les jardins du Vatican, l’idée de retirer ces statues de l’église a mûri. Deux semaines plus tard, j’ai pris la décision. J’ai pris l’avion pour Rome et je l’ai fait.

 

kath.net : Était-il nécessaire de jeter des statues dans le Tibre ?

 

Alexander : Je voulais m’assurer que ces idoles n’étaient plus utilisées dans une église et à des fins religieuses. Donc, symboliquement, il semblait préférable de les jeter dans le Tibre.

 

kath.net : Il y a eu beaucoup d’éloges de la part des catholiques, mais aussi beaucoup de critiques, y compris du pape François lui-même. Que pensez-vous de la critique ?

 

Alexander : Les critiques concernaient principalement ma prétendue motivation. Beaucoup de gens ont vu cela comme un acte contre les indigènes ou contre le Saint-Père. Ce n’est pas le cas. Mon seul souci était de rendre impossible cette violation visible du premier commandement. Et ça a été une réussite ! Lors de la cérémonie de clôture du Synode, les statues n’étaient pas présentes.

 

kath.net : Mgr Kräutler souhaite également intégrer les figures nues de “Pachamama” dans la liturgie. Que dites-vous ?

 

Alexander : Ce n’est pas possible si nous voulons rester catholiques. Ou nous croyons en Dieu le Créateur Un et Trine, qui a créé la terre et nous a envoyé son Fils en expiation de nos péchés, Dieu qui nous aime plus que tout et veut donc nous sauver ; ou nous croyons que la “Terre Mère” est une déesse, avec tous ses défauts. Si la Terre était Dieu, alors toutes les maladies, tous les abus et toutes les souffrances physiques seraient Dieu. Dieu a tout créé parfaitement. Il nous a donné la liberté de décider contre lui, mais il n’a pas créé le mal de ce monde. Par conséquent, il n’est pas possible d’utiliser les “Pachamamas” dans une église. Il n’est pas du tout possible de les reconnaître dans une église pour ce qu’elles représentent, c’est-à-dire la “Terre Mère”.

 

kath.net : Pourquoi maintenant cette “sortie” ? D’autres actions de protestation sont-elles prévues ?

 

Alexander : Si les noms et les visages avaient été connus auparavant, tout le monde se serait immédiatement jeté sur les personnes impliquées. Nous voulions que l’acte en soi-même soit au centre de l’attention. Le synode sert à conseiller le Saint-Père. Cependant, comme les pères synodaux ont à peine considéré le point de vue traditionnel de l’Église, nous voulions montrer au Saint-Père, par cette action, que de nombreux croyants sont très attachés à l’enseignement traditionnel de l’Église et convaincus qu’il n’a pas perdu sa validité.

Nous avons l’intention de continuer à soutenir ces convictions à l’avenir, mais nous ne considérons pas notre tâche comme propre d'”activistes”. Cependant, nous avons voulu maintenant donner un visage à notre action, car nous ne voulons pas nous cacher. Il est important que les gens comprennent à nouveau l’enseignement du Christ notre Seigneur. Ils peuvent donc faire face aux problèmes du monde de manière “souveraine”. Lorsque l’Église modifie sa doctrine en faveur du Zeitgeist (l’esprit du temps. ND), les croyants perdent leur base de soutien.




 

SE PENSATE CHE

  STILUM CURIAE SIA UTILE

SE PENSATE CHE

SENZA STILUM CURIAE 

 L’INFORMAZIONE NON SAREBBE LA STESSA

 AIUTATE STILUM CURIAE!

ANDATE ALLA HOME PAGE

SOTTO LA BIOGRAFIA 

OPPURE CLICKATE QUI 




Questo blog è il seguito naturale di San Pietro e Dintorni, presente su “La Stampa” fino a quando non fu troppo molesto.  Per chi fosse interessato al lavoro già svolto, ecco il link a San Pietro e Dintorni.

Se volete ricevere i nuovi articoli del blog, scrivete la vostra mail nella finestra a fianco.

L’articolo vi ha interessato? Condividetelo, se volete, sui social network, usando gli strumenti qui sotto.

Se invece volete aiutare sacerdoti “scomodi” in difficoltà, qui trovate il sito della Società di San Martino di Tours e di San Pio di Pietrelcina


 LIBRI DI MARCO TOSATTI

Se siete interessati a un libro, cliccate sul titolo….


Viganò e il Papa


FATIMA, IL SEGRETO NON SVELATO E IL FUTURO DELLA CHIESA

Fatima El segreto no desvelado

  SANTI INDEMONIATI: CASI STRAORDINARI DI POSSESSIONE

  PADRE PIO CONTRO SATANA. LA BATTAGLIA FINALE

  Padre Pío contra Satanás

La vera storia del Mussa Dagh

Mussa Dagh. Gli eroi traditi

Padre Amorth. Memorie di un esorcista.

Tag: , , ,

Categoria:

Questo articolo è stato scritto da wp_7512482

3 commenti

  • Chiamatemi pure Torquemada. Me ne farò una ragione ha detto:

    GRANDE!
    SEI STATO UN GRANDE
    Hai gettato via una cosa disgustosa.
    BERGOGLIO AVRA’ DIGRIGNATO I DENTI MA PEGGIO PER LUI

  • Cesaremaria Glori ha detto:

    Il giovane Alexander, laico ma fedele ha mostrato di ben conoscere la dottrina cristiana mentre Mgr Krautler fa la figura di un sovversivo rivoluzionario che ha abbandonato il Cristianesimo per fondare una religione pagana che adora la natura e le sue creature con una visione decisamente immanentista

  • Rafael Brotero ha detto:

    Bravi ragazzi! Sopravvive ancora la fede cattolica nei laici, anche se è morta e sepolta nella stragrande maggioranza del clero.

Lascia un commento